Centre de table Paris 1854
 
  COUPE EN ARGENT massif offert par les habitants de la vallée du Doubs à Auguste Napoléon Parandier, ingénieur en chef du département du Doubs, en novembre 1854.
La base ronde est gravée de la dédicace « À N. PARANDIER INGENIEUR EN CHEF DU DEPARTEMENT NOVEMBRE 1854 ».
C’est un hommage public en témoignage au talent et à la persévérance de ce savant, grâce auquel la vallée du Doubs a échappé à une ruine probable et conquis une fortune certaine, en l’emportant sur la vallée de l’Ognon pour le tracé du chemin de fer de l’Est.
Le sujet représenté est un allégorie du Doubs, une rivière française et suisse, sous-affluent du Rhône par la Saône. Il a donné son nom au département français du Doubs.
Cette œuvre, signée par le dessinateur Charles-François Rossigneux (Paris 1818-1907), figure à l’Exposition Universelle des Beaux-arts à Paris en 1855.
Le programme donné par les souscripteurs à l’artiste était celui-ci :
« En haut la source, en bas le cours du fleuve ; le chemin de fer, l’enfermant par sa ceinture, sillonne la vallée et jette sur son passage rapide la prospérité et l’abondance. »
Par un tour de force charmant, Rossigneux a fait donc tenir ce vaste sujet allégorique dans une seule pièce.
La bordure du plat est garnie d’une guirlande de plantes aquatiques entourée de moulures exquises. Le fond de la coupe représente une pièce d’eau, de laquelle s’élève un rocher. Sur ce rocher repose la figure du Doubs couronné de roseaux, représenté comme une divinité des eaux vives et des sources, dans l’attitude d’une surprise inquiète. D’une main il élève une corne d’abondance et s’appuie sur l’urne qui alimente sa source ; de l’autre il serre un sceptre, emblème de son pouvoir commercial. La source, ainsi que le rocher, donnent naissances aux pittoresques végétations qui les décorent. La vasque est soutenue par un balustre d’architecture, élancé par une touffe de cannes palustres parmi lesquels se jouent et s’entremêlent trois putti chevauchant des fontaines en forme de tritons symbolisant les affluents du Doubs. D’une manière surprenante et ingénieuse, Rossigneux a ensuite représenté le chemin de fer. Sur le pied de la coupe, qui figure par la composition de ses moulures la margelle d’un bassin, circule un convoi de chemin de fer ciselé en bas-relief et qui s’engage sous des tunnels. Au-dessus de ces tunnels sont posées des coquilles dans lesquelles les tritons crachent de l’eau. La disposition de ce joli décor masque et sauve avec grâce et élégance l’inconvénient de faire tourner un convoi sur la circonférence d’un cercle. Sans cette heureuse idée le dernier wagon serait venu heurter de front la locomotive, ce qui aurait produit un effet ridicule, au lieu d’un résultat de meilleur gout. Rossigneux, architecte éclectique et brillant dessinateur, a fait comme le bons et vrai poetes, à qui l’obstacle de la rime inspire un vers excellent !

Rossigneux débuta sa carrière à la maison Gruel, où il fut chargé spécialement de la décoration des reliures dans lesquelles il s’efforça d’introduire des éléments nouveaux, inspirés de l’étude de la nature. Ces premiers travaux, remarqués à l ‘Exposition des produits de l’industrie en 1844, lui permirent d’être nommé architecte et commissaire-adjoint à l’Exposition Universelle de 1855, ou il obtint une médaille d’argent pour cette chef d’œuvre en argent, exécutée sur ses dessins. Cette coupe en argent massif fondu de qualité remarquable et ciselé par la main d’un orfèvre de grand talent était accompagnée, au Palais de Cristal, d’un miroir sculpté tellement joli que la reine d’Angleterre voulait absolument l’acquérir, et que le Prince Albert - après l’avoir en vain couvert d’or - en a réclamé une copie pour sa Majesté.

h. 36 cm.
poids 4.563 gr.

-----------------------------------------

A French silver presentation centrepiece, by Charles-François Rossigneux (Paris 1818-1907) depicting an allegory of the lengthy River Doubs, which gave its name to the department in the Bourgogne-Franche-Comté region of eastern France.
The source on the top, the river course around the base with representations of the railway crossing the valley, spreading prosperity and plenty.

As engraved on the base, this piece was presented by the citizens of the district valley in token of gratitude to Auguste Napoléon Parandier, the head of Doubs’ railway expansion in 1854.
It was exhibited at the “Exposition Universelle des Beaux-Arts” Paris 1855, where Rossigneux was appointed architect and assistant curator.

h. 36 cm.
weight 4.563 gr.
 
Other available images
Close the window