ALEXIS FALIZE (Liège 1811 - Paris 1898)
 
  An extremely rare and decorative silver clock with Atlas holding up the celestial sphere, engraved with constellations and zodiac signs with applied gilt-stars. Roman numerals, circle tournant movement sounding every hour and half hour.
Red carved marble base in the shape of a rock.
Paris circa 1860
h. 41 cm.

Mark of Alexis Falize
(registered his mark at the Garantie des Métaux Précieux on 4th june 1841 wich consisted of his initials AF between a watch fusée-chain hook).

-------------------------------------------------

Rare montre en argent représentant Atlas soutenant la voûte céleste gravée de constellations et signes du Zodiaque avec étoiles dorées. Chiffres romains, mouvement mécanique d’échappement à cercle tournant avec sonnerie à chaque heure et demi-heure.
Base en marbre rouge sculpté en forme de rocher.
Paris vers 1860
Hauteur : 41 cm.

Porte le poinçon de Alexis Falize (initiales AF, un crochet de fusée de montre) en usage du 4 juin 1841 (date d'insculptation) jusqu'au 8 juillet 1863 (date de son biffage)

Alexis Falize est né le 23 septembre 1811 à Liège. Il est le fondateur d'une lignée de prestigieux orfèvres parisiens. Son père, originaire de la ville de Huy en Belgique était bottier ; il s'éteignit brutalement en 1822. Alexis qui n'a que onze ans fut alors envoyé chez un grand-oncle, Jean-Pierre Favrad, à Paris. En 1830, sur les conseils du bijoutier Maudoux, Alexis entra chez Mellerio comme assistant. A l'âge de 27 ans, Alexis rachète le fond d'un bijoutier situé au Palais-Royal, Aristide Joureau-Robin. Il connut rapidement une solide réputation comme dessinateur de bijoux. A partir de 1840, son atelier est situé 55 avenue de l'Opéra. Le 4 juin 1841, il dépose son poinçon, AF, un crochet de fusée de montre. A partir des années 1860, Falize s'intéresse à l'utilisation des émaux dans ses créations. En 1857, Alexis installe son atelier 55 avenue de l'Opéra et son fils Lucien le rejoint. En 1871, il s'associe avec son fils Lucien qui reprend l'atelier en 1878. En 1875, le poinçon est modifié et devient AF, une croix de Saint-André. Alexis se retire progressivement dans sa maison de Moret-sur-Loing et meurt en 1898, un an après son fils. Après un partenariat avec la maison Bapst, de 1880 à 1892, ce furent les fils de Lucien, André, à partir de 1894 puis Jean et Pierre qui poursuivirent cette incomparable lignée de maîtres-artistes.
 
Other available images
Close the window